Fermer
Loading
Fermer

Fermer
On commande un document pour l'utiliser en classe. Notez que l'utilisation de certains cas est payante. Ces cas sont facilement repérables par les logos qui renvoient à nos partenaires commerciaux. Lorsque vous voulez utiliser un de ces cas en contexte pédagogique, vous êtes redirigé vers le partenaire commercial avec lequel vous effectuerez la transaction.

Mike Ward et le petit Jérémy : drôle ou pas, là n’est pas la question!

Mike Ward and Little Jérémy: Funny or Not, That’s Not the Point!

Cas 9 40 2018 006
Cas publié dans la Revue internationale de cas en gestion, vol. 16, no 3
Langues : 
  • Français,
  • Contexte juridique du milieu culturel,
  • Droits de la personne,
  • Liberté d'expression,
  • Gestion de risques juridiques
  • Legal context of cultural milieu,
  • Human rights,
  • Freedom of expression,
  • Legal risk management
Année de production : 
2018
Date de dépôt : 
26 septembre 2018
Notes pédagogiques incluses : 
Oui

Ce cas présente le litige opposant deux personnages publics. D’un côté, Mike Ward, humoriste québécois, est renommé pour son humour « cru », ses blagues « coup de poing » et ses propos dérangeants. De l’autre, Jérémy Gabriel, mieux connu sous le pseudonyme de « Le petit Jérémy », est atteint du syndrome de Treacher Collins, qui se caractérise par des malformations faciales et une surdité sévère. Ce dernier est devenu un personnage public, participant à des émissions de télévision, publiant son autobiographie et chantant (prestations et lancement d’albums).

Le cas permet une riche discussion des positions des uns et des autres (artiste, agent, producteur, diffuseur, assureur, société) par rapport à l’important enjeu de la liberté d’expression. De plus, il permet de discuter des impacts du jugement du Tribunal et de ses possibles répercussions sur les entreprises et les organismes œuvrant dans le domaine culturel (et particulièrement dans celui de l’humour et du spectacle). Il permet aussi d’explorer les considérations légales, notamment l’évaluation des risques, dont la bonne gestion relève des cadres de ce secteur.

Only the abstract is available in English.

This case discusses a legal dispute between two public figures. On one side is Mike Ward, a Quebec stand-up comedian known for his “crude” humour, his “punchy” jokes, and his disturbing comments. On the other is Jérémy Gabriel, better known as “Little Jérémy,” who has Treacher Collins syndrome, a condition characterized by facial malformation and severe hearing loss. Gabriel became a public figure, appearing on television, publishing his autobiography, and singing (performances and album launches).

This case lends itself to a probing discussion of the positions of stakeholders on all sides of the freedom of expression debate (artists, agents, producers, broadcasters, insurers, society). It also lends itself to a discussion of the impact of the court ruling and its possible repercussions on companies and organizations in the cultural sector (particularly those related to comedy and show business) as well as of the legal implications, including risk assessment, that must be managed by executives in this sector.

Domaine principal : 
Management  - Gestion des arts
Domaine secondaire : 
Droit des affaires
Secteurs d'activité : 
  • Arts, spectacles et loisirs,
  • Industrie de l'information et industrie culturelle
Provenance : 
HEC Montréal
Type : 
Cas traditionnel (Cas descriptif)
Type de données pour la production du cas : 
Données réelles, publiques, libres de toute matière litigieuse
Lieu de l'événement : 
Canada
Année de début de l'événement : 
2013
Année de fin de l'événement : 
Non disponible
Taille de l'entreprise : 
Microentreprise
Principaux thèmes couverts

Liberté d’expression et droit à la dignité, à l’honneur et à la réputation

Objectifs pédagogiques

À la fin de l’analyse de ce cas, l’étudiant :

  • aura compris les risques de chacune des parties prenantes à toutes les étapes de la création, de la production et de la diffusion d’un spectacle ou d’un contenu médiatique;
  • aura développé une vision macro, incorporant le point de vue de l’artiste, du gestionnaire, de l’entreprise et de l’organisme, ainsi que de la société, des conséquences possibles du contenu d’un spectacle ou d’une diffusion médiatique;
  • connaîtra différents droits mis en cause et en comprendra l’application;
  • aura exercé le réflexe d’examiner ces concepts juridiques dans l’analyse des risques et des coûts entourant un spectacle ou une diffusion médiatique;
  • connaîtra les moyens qui s’offrent à l’entreprise et l’organisme culturels et médiatiques afin de diminuer les risques tout en préservant la liberté d’expression artistique.
Concepts et théories en lien avec le cas

Liberté d’expression et droit à la dignité, à l’honneur et à la réputation